DIPLÔME

Version imprimable

UFR Sciences du langage, de l'homme et de la société

120 points ECTS
4 Semestres

Lieu de formation : Besançon.
Niveau de diplôme validé à la sortie : Bac+5
Volume horaire global : 582
Forme de l'enseignement : En présentiel
Formation : Initiale, Continue

Contact : Quentin MARCEL

quentin.marcel@univ-fcomte.fr

scolarite-shs@univ-fcomte.fr

03 81 66 53 43


Fiche 79 maj le 17/10/2017 18:00

Master Archéologie, sciences pour l'archéologie

- Archéologie, Culture, Territoire, Environnement
- Archéologie du bâti




Dénomination officielle : Master Archéologie, sciences pour l'archéologie
Domaine de formation : Sciences humaines et sociales

Présentation

La formation comporte un tronc commun en M1 avec une UE de spécialisation au deuxième semestre. Les UE disciplinaires sont dispensées à Besançon et à Dijon pour une même UE, sur qui implique donc des déplacements pour les étudiants (pris en charge par les universités et les régions). Afin de limiter les déplacements, ces UE prennent la forme de cours-blocs (6h de cours sur la journée). Les UE d'outils, les écoles de terrain sont dédoublées pour des raisons d'effectif, c'est à dire qu'elles ont lieu à Besançon et à Dijon en même temps. Enfin des UE d'ouverture ou de pré-professionnalisations sont proposées sur chaque site.
Il existe 3 parcours en M2, un parcours ACTE (Archéologie, Culture, Territoire et Environnement) directement inspiré de la spécialité existante (mention MAMTEP), un parcours AGES, directement inspiré de la spécialité existante (Mention ETEC) et un parcours ArBa (Archéologie du Bâti) qui sera créer pour répondre d'une part à la demande étudiante, d'autre part a une thématique commune forte entre les laboratoires Chrono-environnement et Artehis. Les trois parcours sont cohabilités entre les deux universités et comporte deux UE transversales communes (une UE de séminaires et une UE de cours en anglais).
Le Master est pensé comme un ensemble cohérent, c'est à dire qu'il invite les étudiants de M1 a continuer dans le parcours de leur choix en M2. Bien sur il permet également l'arrivée en M2 d'étudiants venant d'autres M1. Enfin nous souhaitons que le M1 soit ouvert à des étudiants venant aussi bien d'un cursus d'archéologie, d'histoire, de géologie ou de biologie. Des cours de remise à niveau en archéologie sont d'ailleurs prévus. Il en va de même pour le M2 qui pourra accueillir des étudiants n'ayant pas forcément un cursus en Archéologie.

Objectifs

Le master ASA (Archéologie, Sciences pour l'Archéologie) est un diplôme formant aux métiers de l'Archéologie et du Patrimoine. Ce Master doit permettre aux étudiants d'acquérir des savoirs fondamentaux, théoriques et pratiques nécessaires aux approches historiques, culturelles, spatiales et environnementales des sociétés sur la longue durée : préhistoire récente, protohistoire, périodes gallo-romaine et médiévale. Cette formation favorise le recours aux écoles de terrain ; aux stages individuels en situation professionnelle ; à la technique du rapport et du mémoire ; au développement des capacités de présentation orale (séminaires...) au moyen de posters, et à la mise en place de bases de données spécifiques.

Secteurs d'activités : Laboratoire de recherche CNRS et Universités - Services archéologiques déconcentrés de l'État (SRA) - Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP) - Services archéologiques des collectivités territoriales - Musées, Collections ou Archives - Sociétés privées d'archéologie préventive - Associations d'archéologie - Services centraux du Ministère de la culture (DAPA) - Régie des collections et des fonds.

Types d'emplois accessibles : emplois sur concours dans les domaines de l'archéologie et plus largement du patrimoine, Archéologue (Inrap, autres organismes d'archéologie préventive, musées, services de collectivité...), Ingénieur d'étude en archéologie (concours du CNRS et de l'université), Enseignant-chercheur ou Chercheur après l'obtention du doctorat.

Débouchés spécifiques par parcours :

- Le parcours ACTE (Archéologie, Culture, Territoire, Environnement) ouvre sur les métiers de l'enseignement supérieur et de la recherche (service public ou secteur privé). Il permet l'intégration dans les métiers de l'archéologie programmée et préventive, en tant que archéologue spécialisé (p. ex. en céramologie, métallurgie, paléo-environnement, géomatique appliquée à l'archéologie) ; de la conservation et de l'animation du patrimoine, du tourisme. Du fait de ses thématiques pluridisciplinaires de l'espace et de l'environnement, cette formation peut aussi déboucher vers d'autres métiers de l'aménagement de l'espace et de la gestion de l'environnement.

L'expérience acquise permettra à l'étudiant d'engager une recherche de doctorat (archéologie culturelle, spatiale et environnementale) dans les domaines de compétence des équipes supports de la formation. Il pourra également préparer les concours liés aux métiers d'ingénieurs, assistants ingénieurs en archéologie préventive ou à la gestion / conservation du patrimoine du Ministère de la Culture, du CNRS, de l'INRAP, des Services patrimoniaux des Collectivités territoriales. Il aura aussi la possibilité d'accéder aux concours relatifs aux métiers de la conservation et de l'animation du patrimoine (Conservateurs, attachés de Conservation, animation culturelle).

- Le parcours ArBa (Archéologie du bâti) ouvre sur les métiers de l'archéologie du bâti, (service public ou secteur privé), dans le contexte de l'archéologie programmée et préventive ainsi que dans le domaine de la conservation et mise en valeur du patrimoine (notamment auprès des services de recensement des monuments historiques ainsi que des acteurs chargés de leur protection). Du fait de son ouverture pluridisciplinaire, cette formation peut aussi déboucher vers d'autres métiers de l'art et d'artisanat en lien avec la restauration du patrimoine.

Parmi les fonctions susceptibles d'être occupées par les titulaires du diplôme, éventuellement en passant par les concours relatifs aux métiers de la conservation et de l'animation du patrimoine : conservateur et ingénieur du Ministère de la Culture, chargé d'études et responsables de chantier à l'INRAP et dans le secteur privé, archéologue et conservateur des collectivités territoriales, ingénieur spécialiste (relevé et dessin architectural, photogrammétrie, modélisation 3DSIG, archéométrie, archéomatériaux), ingénieur en bureau d'étude, conseiller en entreprise de restauration du bâti ancien, etc.

- Le parcours AGES ouvre sur les métiers de l'enseignement supérieur et de la recherche (service public ou secteur privé). Il permet l'intégration dans les métiers de l'archéologie programmée et préventive, en tant que géo-archéologue, géomorphologue, micromorphologue, technicien de fouilles, responsable d'opération de fouilles préventives, spécialiste en archéosciences, archéozoologie, anthropologie physique, ingénieur SIG et géophysique de surface, archéologue territorial. La compétence acquise en géosciences peut permettre à l'étudiant de s'orienter vers les métiers de la géologie et de l'environnement (BRGM, société de forage, bureau d'étude). L'étudiant peut également engager une recherche de doctorat avec une orientation vers les métiers de la recherche.

Parmi les fonctions susceptibles d'être occupées par les titulaires du diplôme : chercheur, enseignant-chercheur, conservateur et ingénieur du Ministère de la Culture, chargé d'études et responsables de chantiers de fouilles à l'INRAP et dans le secteur privé, archéologue et conservateur des collectivités, ingénieur spécialiste (SIG, archéométrie, géophysique), ingénieur en bureau d'étude, technicien supérieur de laboratoire, etc.


Compétences


Le Master ASA forme des professionnels de l'archéologie participant à l'ensemble des travaux liés aux opérations de terrain (études documentaires, prospections et fouilles), ainsi qu'aux travaux de post-opération et à la rédaction des rapports et documents de synthèse destinés à la transmission des données et des observations de terrain (y compris le mobilier).

Les étudiants, a l'issu de la formation, possèdent les savoirs fondamentaux, théoriques et pratiques nécessaires aux approches historiques, culturelles, spatiales et paléo-environnementales des sociétés sur la longue durée. Ils savent évaluer l'intérêt d'un site archéologique dès les phases de détection (prospection et premiers sondages) et définir les protocoles méthodologiques nécessaires à son étude.

Ils mettent en œuvre les techniques et les moyens nécessaires dans le cadre d'une fouille préventive. Ils coordonnent l'action des différents spécialistes intervenant sur les chantiers : géologue, zoologue, anthropologue.... Ils collectent les informations sur le terrain, vérifient les hypothèses et exploitent les résultats. Ces archéologues ont les capacités d'articuler la recherche de terrain et de laboratoire au travers d'études de cas. Ils peuvent développer la maîtrise des outils indispensables :

- à la collecte et au traitement des données de terrain, du mobilier archéologique, de l'archéologie du bâti, du matériel faunique, géoarchéologique, archéobotanique et anthropologique ;

- à l'analyse d'images : infographie, photogrammétrie, spatialisation et SIG (système d'information géographique), systèmes de gestion de bases de données ;

- aux analyses quantitatives et statistiques de données : géologiques, géographiques, archéologiques, paléobotaniques, fauniques, anthropologiques, etc. ;

- au traitement qualitatif et quantitatif des données dans le domaine de l'histoire, l'archéologie, du patrimoine et de l'environnement.

Les étudiants acquièrent pendant leur cursus de Master des compétences et la maîtrise d'outils de communication (technique de l'oral avec support visuel ; technique du poster ; technique du dépliant), orientés vers la valorisation des résultats de la recherche, auprès de la communauté scientifique et auprès du grand public.